Articles tagués détourage

Abécédaire

Commande des archives municipales, cet abécédaire retrace l’histoire des pompiers d’Alençon depuis la Révolution jusqu’à la Libération.

Contraintes imposées : nombre de pages total (40) et format (A5, soit 14,8 x 21 cm).

Couverture

4e de couverture

La demande initiale du commanditaire était, pour la couverture, de présenter un grand nombre d’images, montrant la variété et l’intérêt des documents visuels disponibles sur le sujet. La disparité des sujets des images fournies, leur nature – ainsi que leur qualité technique – exigeait que la solution graphique retourne ces défauts en atouts ; elle devait aussi garantir d’atteindre une harmonie globale, nécessaire pour déclencher l’envie d’ouvrir l’ouvrage.

Le projet

Le projet que j’ai proposé pour rassembler ces différents objectifs s’inspire des cabinets de curiosités.  Ici, plutôt que des casiers ou des étagères, les espaces présentant les « curiosités » sont des alvéoles légèrement creusées dans le bois, où sont insérées les images. Ce concept permet à la fois de « justifier » la disparité des documents présentés, tout en les intégrant dans un décor qui homogénéise la composition et donne à l’ensemble une chaleur exempte de plusieurs des photos retenues.

Pages intérieures

Le texte a été écrit par Sonia Brault à partir du matériel fourni par les archives, après l’avoir préalablement réorganisé par mots-clés. Le défi pour la mise en forme était de présenter sur un nombre de pages limité un assez grand nombre de documents visuels sans réduire drastiquement l’espace disponible pour le texte. La solution d’une structuration des pages en deux colonnes de texte a permis de réduire la perte trop importante d’espace pour chaque retour à la ligne, la largeur des pages ne permettant pas d’adopter trois colonnes. L’insertion des images, toujours difficile sur deux colonnes, a nécessité de nombreux ajustements au cas par cas, d’une précision souvent plus proche du point que du millimètre, afin de limiter les problèmes de justification créés par l’habillage des images par les textes. L’objectif a été d’obtenir la plus grande variété dans la composition des double-pages, pour éviter toute forme de systématisme, risque important à l’intérieur du cadre étroit de ce type de gabarit.


Retour haut de page

Publicités

, , , , , , ,

Poster un commentaire

Exposition « Séez… comme Cathédrale » 4/5 : galerie de portraits

L’accès aux salles d’exposition du musée d’art religieux de Sées se fait par un long couloir. La demande des commissaires de l’exposition était d’utiliser cet espace pour présenter une frise regroupant les 84 portraits d’évêques ornant les murs de l’évêché.

À l’évêché, ces portraits d’évêques, assez grands, sont accrochés aux murs sur deux rangées, comme le montre la photo ci-dessous :

Salon de l'évêché de Seés

Le travail consistait à trouver une solution pour que les 84 portraits soient tous présentés, à une taille correcte, dans le couloir du musée. Il ne s’agissait donc pas de faire à proprement parler une création graphique, l’objectif étant d’être aussi proche que possible de la « galerie » d’origine. Néanmoins, c’est bien une solution graphique qu’il fallait trouver pour répondre à la demande formulée.

La première question à résoudre était celle de la taille et de la disposition des portraits. À partir des mesures du couloir, il fut vite évident que la seule façon de présenter l’intégralité des 84 portraits à une taille correcte était de les présenter sur deux rangées. La disposition des portraits dans la galerie de l’évêché étant justement elle aussi sur deux rangées, cela tombait bien : on était ainsi « fidèle à l’original », et j’allais pouvoir reproduire les moulures qui séparent les portraits les uns des autres, afin de « rythmer » la galerie.

Restait la question de savoir comment réaliser la frise, imprimée sur bâche.

Les Archives m’ont fourni la série complète de photos de chacun des portraits. Ces photos sont d’une qualité très moyenne, comme on pourra en juger avec ces deux exemples, représentatifs des défauts techniques de l’ensemble :

Exemples représentatifs des photos fournies

Comme on le voit, non seulement les photos sont surexposées, mais de plus elles présentent des dominantes de couleur très variables. Pour couronner le tout, elles ne sont pas prises du même angle, et la déformation due à la perspective est à la fois marquée et très différente d’une photo à l’autre. Enfin, le photographe n’ayant pas pu éclairer à partir du même angle, l’ombre générée se trouve dans un axe différent sur chaque photo… quand elle n’est pas coupée par le cadrage !

Voici, expliquée en image, la solution graphique que j’ai mise au point. La bâche montrée ici en exemple fait 3,30 m sur 74 cm de hauteur  (il y a 4 bâches au total, de longueurs différentes en raison des contraintes du couloir) :

Présentation de la solution graphique trouvée pour la frise

Photos en situation à découvrir prochainement (le vernissage a lieu mardi, je prendrai quelques photos…).
Retour haut de page

, , , , , , , , , , ,

1 commentaire