Articles tagués Sées

Parcours historique de la ville de Sées 3 : tous les panneaux

Voici l’intégralité des panneaux : 16 constituant le circuit principal, et 4 numérotés de A à D, signalant des sites remarquables situés à proximité du parcours.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour voir tous ces panneaux (s’ouvre en pdf dans une fenêtre distincte).

Bouton ouvrant le pdf de présentation de l'intégralité des panneauxCliquer sur l’image pour ouvrir le pdf de présentation de
l’intégralité des panneaux du parcours historique de la ville de Sées.

Retour haut de page

Publicités

, , , ,

Poster un commentaire

Parcours historique de la ville de Sées 2 : la maquette

Je suis heureux de trouver enfin le temps de vous présenter la maquette finalisée qui a été déclinée sur les 20 panneaux du parcours historique dont la ville de Sées m’a confié la conception graphique, comme je vous en parlais récemment ici.

Panneau 14 du parcours historique de la ville de Sées, représentatif de la maquette utilisée pour les 19 autres panneauxVersion finalisée du panneau 14, représentatif de la maquette utilisée pour les 19 autres panneaux du parcours

Cahier des charges

La demande initiale de la mairie était de trouver une solution de mise en page pour des panneaux en forme de médaillon et d’une hauteur approximative de 90 cm, intégrant d’une façon ou d’une autre la représentation de la rosace de tilleuls de l’abbaye Saint-Martin. L’idée de la forme du médaillon, suggérée par le maire Francis Boucquerel, était le résultat de réflexions occasionnées par un travail préliminaire avec l’architecte paysager. Cette forme se retrouve à plusieurs endroits dans la ville (armes de la famille d’Argentré, visibles au sommet de la grille d’entrée du palais, lucarnes, etc.).

Une prémaquette m’a été fournie par le commanditaire comme un exemple peu satisfaisant mais utilisable au besoin comme point de départ possible des recherches, accompagnée de l’invitation expresse à l’améliorer de toute façon que je pouvais imaginer.

Prémaquette fournie comme point de départ à améliorer

Prémaquette fournie par le commanditaire comme exemple à améliorer

Processus de création

En premier lieu il m’est apparu nécessaire de retravailler la forme générale, la courbe du médaillon, à la fois un peu trop « ramassée », lourde, et trop proche du cercle pour permettre une occupation optimale des espaces disponibles aux contenus à mettre en page.

En second lieu, le problème majeur de mise en page qui se posait était la structuration de l’espace. La forme de médaillon est en soi problématique en tant que cadre d’une mise en page, car les éléments à inclure (textes, photos), eux, s’inscrivent naturellement dans des formes rectangulaires.

Il m’est donc apparu que l’objectif principal à poursuivre dans les recherches devait être de trouver un compromis original entre deux contraintes apparemment contradictoires :

  1. découper l’espace par des formes rectangulaires (par nature appropriées aux contenus, et de surcroît susceptibles de donner un sentiment global de structure stable, « qui se tient », par opposition à quelque chose qui flotte de façon imprévisible dans une bulle) ;
  2. s’approprier à part entière la forme du panneau – cette courbe extérieure délimitant l’espace disponible.

L’idée centrale qui m’a constamment guidée était donc que la forme de médaillon ne devait pas être niée par la façon de structurer l’espace. Je présente la solution trouvée dans le 4e article consacré au parcours.

Autres préoccupations qui ont été les miennes durant les recherches graphiques :

  • contrôler les équilibres entre les espaces occupés et espaces vides, pour qu’on n’ait pas l’impression de « coins inutilisables » comme dans une pièce où il ne peut y avoir de meuble parce que les murs ne sont pas à l’équerre ;
  • trouver des solutions pour que de nombreuses images puissent trouver leur place – équilibrant des quantités de textes importantes – sans pour autant disperser l’attention et nuire à la hiérarchisation de l’information ;
  • aérer le texte ;
  • rendre évident que le panneau fait partie d’un circuit, et aider le lecteur à se repérer spatialement par rapport à ce dernier.

Rendez-vous très prochainement pour découvrir l’intégralité des panneaux du parcours, ainsi que quelques photos de l’inauguration.

Retour haut de page

, , , , ,

Poster un commentaire

Parcours historique de la ville de Sées : 1

La ville de Sées m’a confié la conception du parcours historique qui reliera une vingtaine de monuments du centre ville. Chaque monument sera signalé par un panneau d’information avec textes et illustrations. Le parcours se fera à pied, les panneaux, fixés à l’extérieur des bâtiments, seront visibles par tout temps. C’est un parcours pérenne destiné à rester en place plusieurs années, le travail requiert donc une grande attention aux détails, beaucoup de relectures et contrôles à la clé !
Je vous présenterai ce travail prochainement dans ce blog.
Retour haut de page

, , ,

Poster un commentaire

Exposition « Séez… comme Cathédrale » 5/5 : photos

Quelques photos prises avec un petit cybershot au musée d’art religieux de Sées lors du vernissage…

Photos de l'exposition "Séez... comme Cathédrale"

Retour haut de page

, , , , , , ,

1 commentaire

Exposition « Séez… comme Cathédrale » 4/5 : galerie de portraits

L’accès aux salles d’exposition du musée d’art religieux de Sées se fait par un long couloir. La demande des commissaires de l’exposition était d’utiliser cet espace pour présenter une frise regroupant les 84 portraits d’évêques ornant les murs de l’évêché.

À l’évêché, ces portraits d’évêques, assez grands, sont accrochés aux murs sur deux rangées, comme le montre la photo ci-dessous :

Salon de l'évêché de Seés

Le travail consistait à trouver une solution pour que les 84 portraits soient tous présentés, à une taille correcte, dans le couloir du musée. Il ne s’agissait donc pas de faire à proprement parler une création graphique, l’objectif étant d’être aussi proche que possible de la « galerie » d’origine. Néanmoins, c’est bien une solution graphique qu’il fallait trouver pour répondre à la demande formulée.

La première question à résoudre était celle de la taille et de la disposition des portraits. À partir des mesures du couloir, il fut vite évident que la seule façon de présenter l’intégralité des 84 portraits à une taille correcte était de les présenter sur deux rangées. La disposition des portraits dans la galerie de l’évêché étant justement elle aussi sur deux rangées, cela tombait bien : on était ainsi « fidèle à l’original », et j’allais pouvoir reproduire les moulures qui séparent les portraits les uns des autres, afin de « rythmer » la galerie.

Restait la question de savoir comment réaliser la frise, imprimée sur bâche.

Les Archives m’ont fourni la série complète de photos de chacun des portraits. Ces photos sont d’une qualité très moyenne, comme on pourra en juger avec ces deux exemples, représentatifs des défauts techniques de l’ensemble :

Exemples représentatifs des photos fournies

Comme on le voit, non seulement les photos sont surexposées, mais de plus elles présentent des dominantes de couleur très variables. Pour couronner le tout, elles ne sont pas prises du même angle, et la déformation due à la perspective est à la fois marquée et très différente d’une photo à l’autre. Enfin, le photographe n’ayant pas pu éclairer à partir du même angle, l’ombre générée se trouve dans un axe différent sur chaque photo… quand elle n’est pas coupée par le cadrage !

Voici, expliquée en image, la solution graphique que j’ai mise au point. La bâche montrée ici en exemple fait 3,30 m sur 74 cm de hauteur  (il y a 4 bâches au total, de longueurs différentes en raison des contraintes du couloir) :

Présentation de la solution graphique trouvée pour la frise

Photos en situation à découvrir prochainement (le vernissage a lieu mardi, je prendrai quelques photos…).
Retour haut de page

, , , , , , , , , , ,

1 commentaire

Exposition « Séez… comme Cathédrale » 3/5 : les panneaux

Ci-dessous quelques-uns des 14 panneaux de l’exposition, imprimés sur bâches de 75 x 100 cm.

Pour rendre facilement perceptible que l’exposition est organisée en trois parties, un bandeau positionné en haut et reprenant l’une des trois photos de l’affiche sert de fond au titre du panneau.

Déclinant l’une des idées fortes de l’affiche (voir l’article concerné), une lettrine de très grande taille domine la composition. Par transparence, apparaît derrière elle une photo, choisie elle aussi pour être mise en valeur par sa taille. À elles deux, la lettrine et la photo grande taille donnent immédiatement au panneau une « marque » unique, un caractère qui le distingue graphiquement des autres tout en assurant la cohérence de l’exposition.

Quelques panneaux de l'exposition "Séez... comme Cathédrale"
Retour haut de page

, , , , , ,

Poster un commentaire

Exposition « Séez… comme Cathédrale » 2/5 : Dépliant de présentation d’un circuit de visite

Dépliant "Aux sources du diocèse"

Je vous parlais dans l’article précédent d’un gros travail pour une exposition organisée par les Archives départementales de l’Orne à l’occasion des 700 ans de la cathédrale de Sées.

Parmi les réalisations graphiques à faire dans ce cadre – bien qu’en marge de l’expo – , figurait ce dépliant, qui présente un circuit de 5 églises, dans lesquelles se trouve une pièce particulière à découvrir. Le format du dépliant, une fois déplié, est un A4. Plié, il fait environ 10×30 cm.

Recherches sur la couverture

Le sous-titre du dépliant m’a donné l’idée de la couverture. En raison des vols, les églises sont, pour la plupart, fermées lorsqu’aucune présence n’y est assurée. Je sentais, avant les premières recherches, que cette idée d’une porte ouverte avait un potentiel de grande force graphique si aucun autre élément visuel ne venait « perturber ».

J’ai commencé par chercher la photo qui m’intéressait. Celle que j’ai choisie, de Daniel Sainthorant, présente l’avantage d’être une porte d’église, en plus d’être très belle. Elle offrait un cadrage intéressant et un « point de vue  » original : elle est en effet prise de l’intérieur (on  peut repérer à gauche le bénitier).

Après différents essais de cadrage pour trouver la meilleure solution de mise en page avec les textes à intégrer, j’ai travaillé les couleurs de l’image pour lui donner une dominante bleutée très marquée, évoquant la nuit (symbolisation de la nuit des origines, qui traduit visuellement le sens du sous-titre).

J’ai ensuite surexposé la partie de la photo correspondant à l’extérieur de l’église, et retouché l’image pour simuler une lumière intense, apportant un mystère qui n’est pas dans la photo originale, tout en suggérant un rapprochement entre l’idée de source (le titre) et celle de lumière. L’association des deux me semble être très évocatrice du sentiment religieux tel qu’il est traditionnellement matérialisé dans les représentations de saints ou de mystiques.

La présentation du circuit

Les pages intérieures, présentant le circuit, sont organisées autour d’une courbe bleu clair globalement horizontale, pouvant faire penser à un cours d’eau (toujours l’évocation du titre). Cette idée m’a permis de casser la monotonie de la présentation des 5 églises en disposant les illustrations le long de cet « axe » horizontal, matérialisant du même coup visuellement l’idée de circuit.

Le fond bleu a été travaillé de sorte de s’approcher au maximum des tons et du grain de la photo de couverture. Pour accentuer la cohérence visuelle de l’ensemble du dépliant, j’ai également superposé de façon subtile ce « fond bleu avec grain » à la texture de papier utilisée pour la carte des pages 5 et 6. L’ effet assure une réelle transition entre la couverture et la carte, très différentes l’une de l’autre.

Travail des textures sur le dépliant "Aux sources du diocèse"
La texture des pages intérieures (au centre) mélange le grain et les couleurs
de couverture (à gauche) avec le relief du papier de la carte (à droite)

Retour haut de page

, , , , , , , , , , ,

Poster un commentaire